N°190

octobre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Disques Retour

Alan Stivell : AMzer

1er octobre 2015
Alan Stivell : AMzer


Le temps qui passe, celui qu’il fait, voilà la thématique du dernier album d’Alan Stivell.

Le rythme des saisons inspire la musique, dans un paysage sans cesse en mouvement. Chaque phrase musicale est différente de celle qui la précède, et ainsi de suite, à la manière des saisons qui s’écoulent, inexorablement. La harpe donne le diapason de l’opus, avec des sonorités superbement captées. Le jeu de Stivell est remarquable, les basses, magnifiques, enveloppent les arrangements de toute leur profondeur. Il utilise son instrument dans différents registres, il reste à l’avant-garde en étant constamment en recherche de couleurs, de timbres et d’innovation acoustique.
Les flûtes, les chœurs et les percussions procurent une impression de sérénité totale, chaque pupitre apportant sa petite touche, un peu comme des taches de couleurs se posent sur un tableau pour lui donner l’équilibre et l’harmonie.

L’album se déroule sans pause -aucun silence entre les morceaux- il faut y voir plus loin qu’une performance anecdotique, plutôt une conception originale, en symbiose avec la thématique développée.

Le temps passe, et Stivell reste un artiste majeur de la scène bretonne qui sait se renouveler en permanence, ce dernier et superbe album en témoigne.

- Karr-Nij

CD Keltia III - www.alanstivell.bzh
 


En concert le jeudi 5 novembre 2015 à la Citrouille à St-Brieuc


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.