N°190

octobre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Disques Retour

Morgane Labbe & Heikki Bourgault : Empreinte vagabonde

31 mai 2015
Morgane Labbe & Heikki Bourgault : Empreinte vagabonde


Le temps presse et le Cri boucle


L’exercice qui consiste à poser en direct des musiques sur des images qui, peut-être, n’en demandent pas tant, rencontre un certain succès chez les programmateurs festivaliers ; car en ces temps de pléthore créative, il convient de se peaufiner sérieux le conceptuel afin d’auréoler sa différence d’un peu du clinquant du neuf. Musiques au service des images ? Images au service des musiques ?


Sans aller jusqu’à chercher chez Deleuze matière à polémique, Victor, la question mériterait d’être posée à ta maman. Mais le temps presse et le Cri boucle ! Marie-José me pardonnera peut-être...


Me pardonner , mais de que faire, mon tout bon saigneur ?


De m’interroger comme je m’y autorise sur la cohérence qui sous-tend l’édition d’un CD de musiques illustratives sans le media pour lesquelles elles ont été conçues. Sauf à penser que leur interêt intrinsèque suffit à l’auditeur. Il saura se passer des images qui en ont justifié l’existence...


Contraint donc de faire fi des films qui fondent cette aventure, l’aveugle écoute le message sans les atours appâtants et découvre la livraison somme toute conventionnelle de musiciens nourris à l’école du Fest-Noz, facilement fascinés par la boucle machinale. Celle qui l’horripile pourtant, tant elle crie :


“Tues la vie tu la /
tues la vie tu la /
tues la vie tu... /
la vie, là, tu la boucles !” (
*)


Alors heureusement il y a de belles envolées. Enfin débouclée, la musique prend parfois ses aises pour élargir sa respiration avant d’être, trop vite à mon goût, rattrapée dans les rets sécuritaires de la machine. Ça se crispe en tango meurtrier, ça fuit la ville pour une campagne qui se révèle, elle aussi, mise en coupe règlée. L’empruntée vagabonde qu’on rêverait enfin desempreinte s’abandonne encore au dikta du tic-tac. Reste qu’on se laissera entrainer sans réserve quand il s’agira de rejoindre la ronde des danseurs. La transe a le mérite de cuire les pendules à coeur et de permettre tout un monde d’accords...


Un opus sympa donc qui, dans le son, nous parle, somme toute, beaucoup plus de la vie du musicien breton en 2010-2015 que de l’émotion générée par les traces du travail de cinéastes z’à mateurs. Ceux-ci, à peine sortis de l’oubli, y retournent déjà. Dans cet obscur réduit où forcément, personne ne les interrogera sur leur envie ou pas de se faire brouiller l’écoute et perturber l’image.


Pratique !


(*) S’il est un tic typique de la ziq de ces dernières années, c’est bien le hoquet show de perroquet froid que le branchouille nomme “loops” ! 


Auteur : Pilc

La Compagnie des Possibles - www.empreinte-vagabonde.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.