N°187

juillet-août 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Disques Retour

Christian Paboeuf : L’Aurore

7 septembre 2016

Musique indo-celtique

Christian Paboeuf : L’Aurore


Une musique de film peut-elle être aussi intéressante à écouter sans le film ? En bon Normand (ex), je répondrai "des fois oui, des fois non". Pensez juste à West side story, Jeux interdits, Amarcord...
La musique de film n’a pas forcément besoin d’être descriptive, au risque de la redondance, mais plutôt un contrepoint de l’action, une autre œuvre qui évolue en parallèle, exacerbant les sentiments. La pratique la plus ancienne de la musique de film date du cinéma muet, où la musique était jouée en live par les musiciens. A cette époque elle était effectivement plutôt descriptive, compensant ainsi le manque de paroles par sa qualité expressionniste, qualité qui était également celle du jeu des acteurs. Le multi-instrumentiste et compositeur Christian Paboeuf a souvent composé des musiques pour l’image, interprétées quand c’est possible en ciné-concert. Ici, il s’est attaqué au chef d’œuvre de Murnau, L’Aurore (1927). Avec une grande inventivité musicale et une riche instrumentation, la musique méritait effectivement bien d’être éditée en CD. Expressionniste du XXIe siècle bien sûr, et suggestive, mais néanmoins auto-suffisante, œuvre à part entière. A ses côtés Daniel Paboeuf (sax) et Pierre Thibaud (percus).


- Pat


www.ilmonstro-christianpaboeuf.fr
Distribution www.mcommusique.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.