N°192

décembre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Edition Retour

2013 : année Le Men, année lumière

23 février 2013

[caption id="attachment_1990" align="alignleft" width="150"]© Bernard Beaugilet © Bernard Beaugilet[/caption]

Chronique de livres

Je vous confiais il y a quelques mois que je n’étais pas sensible à la poésie. J’avais omis la fin de cette confession : ... sauf quand je le suis. Je me retrouve ainsi diamétralement opposé à Yvon Le Men et en même temps tout proche de lui, avec ce don d’ubiquité qui me caractérise. Répulsion-attraction ?

Je me retrouve ici avec 4 livres Le Men sortis en quelques semaines, de, sur, avec Yvon Le Men, poète lannionais planétaire né en 1953, qui écrit et qui dit beaucoup. Je l’ai trop peu rencontré et trop peu entendu, mais l’entendre me fait à chaque fois de l’effet, et quand je le lis, je l’entends encore. Il se trouve que je comprends ses mots, ses sentiments.

De tous ces Le Men qui sortent en ce moment, il n’y a qu’un petit opuscule de poésie. Sous le plafond des phrases parle de Haïti après le séisme, où Yvon est allé en compagnie d’un jeune poète ami de là-bas, Bonel Auguste. Comme souvent chez lui, on a parfois l’impression de lire des haïkus, mais qui n’en sont pas puisque n’ayant pas la structure "officielle" de ces perles de poésie d’origine nippone.

Existence marginale mais ne trouble pas l’ordre public est un recueil de nouvelles. Des nouvelles ? Ce sont plutôt des souvenirs de moments marquants de la vie de l’auteur. A moins que... Oui, ce sont des faux souvenirs, des créations littéraires, fantasmées, déguisées en souvenirs, donc au statut de nouvelles. A moins que... Certains ont quand-même l’air vrai. Je ne sais plus ! Troublante et agréable ambiguïté. Des perles de prose, chargées de poésie, d’humour, de dérision de soi-même, d’humanité, de douleur, d’espoir. (éd. Flammarion).

Et puis l’ouvrage nécessaire. Depuis 20 ans qu’Yvon Le Men reçoit des poètes et écrivains pour des entretiens en public, c’est son tour d’être "cuisiné" jusqu’à ce qu’il avoue ce qu’il est. Une vie totalement immergée dans la poésie, et la poésie totalement immergée dans sa vie. Mis aussi quel talent de conteur pour pouvoir parler de soi ainsi, de la vie, la mort, l’amour, le bonheur, le voyage, les rencontres sur 180 pages ! C’est Cypris Kophidès, psychanalyste et éditrice (éditions Diabase), qui a accompli cette nécessité. La Langue fraternelle est la transcription de cet entretien ("une longue phrase de 3 jours").

Ces rencontres qu’anime Yvon Le Men depuis 20 ans s’appellent Il Fait un temps de poème. Cet anniversaire est ainsi fêté de belle manière en 2013. En mars sortira un ouvrage collectif, compilation de quelques dizaines d’auteurs invités pendant ces 20 ans auxquels Yvon a demandé un texte pour l’occasion, avec des photos de Francis Gœller (éd. Filigranes). Une manifestation de plusieurs jours est également organisée (voir page 26).

Il y a un 5è Le Men cette année : l’écrivain suédois Björn Larsson vient de sortir un livre où il met en scène un poète assassiné qui ressemble à Yvon, parsemé d’une trentaine de ses poèmes (Les Poètes morts n’écrivent pas de romans policiers).

Année Le Men, année lumière, mon 2013, qui commence dans la douleur, comme pour beaucoup de mes contemporains, sera illuminé par de bonnes doses de lumens.

Voir aussi la carte blanche offerte à l’artiste dans le Cri de l’Ormeau de mars

Auteur : Pat

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.