N°190

octobre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Scène Retour

Errance et survol aléatoire et peu représentatif d’un ancien jeune au festival Art Rock 2015

26 mai 2015
Errance et survol aléatoire et peu représentatif d’un ancien jeune au festival (...)


D’entrée de jeu j’avais décidé d’aller peu à Poulain-Corbion. Les conditions de spectacle y sont tuantes, mais il y a au moins 25 000 personnes qui ne pensent pas comme moi, heureusement.
Il faut avouer que les écrans géants sont super, et que la sono est bien meilleure qu’il y a quelques années, depuis que le site n’est plus couvert (pour une fois qu’une restriction budgétaire amène un mieux !). C’est quand-même à cette grande scène que j’ai eu un gros coup de cœur, avec Christine and the Queens. Scotché j’étais ! Je me croyais futé en la comparant à Michael Jackson, mais tout le monde le dit ! Avec de très belles chansons à la couleur électro pop et de grandes qualités de danseuse entourée de 3 comparses, Christine annihile complètement dans mon feeling toutes les Izia, Yelle, Selah Sue et autres Dø.

En dehors de ce coup de cœur, un coup de sang, avec le fameux JCDC (pivot central d’Art Rock 2015 au thème Yeah !!! La mode), mais je préfère ne pas en parler pour ne pas m’attirer trop d’inimitiés.

Revenons plutôt à un coup de cœur : Micro, de et avec le Toulousain Pierre Rigal. Danse ? Théâtre ? Humour ? Acrobatie ? Concert de rock ? C’est tout ça en effet, extrêmement original et enthousiasmant. D’abord consterné quand j’ai rencontré des gens qui n’ont pas aimé, mais finalement rassuré : c’est un mauvais signe de consensualité molle quand quelque chose plaît à tout le monde.

Et puis il y a mes chouchous, enfin, disons que je suis leur travail depuis leurs débuts et que j’en suis fan : Noceurs. Ce duo de chanteurs briochins a su créer un univers empreint d’une noirceur festive, d’une dynamique sombre et lumineuse, accompagné par leur expérience passée de comédiens et d’une bande d’excellents musiciens, créant ainsi ce que j’appelle de la chanson augmentée. Et pourtant ce ne sont que des Briochins !

Eh mais oui ! Vous rendez-vous compte que la scène briochine a donné et donne encore des artistes de grand talent que le monde nous envie ? Je ne vais pas me mettre à les lister, ça serait fastidieux. Mais Art Rock 2015 en a présenté quelques beaux spécimens : Yelle, Camadule Gredin, Menthol (ex Rafale), et le sax Guillaume Sené, qui a monté le trio Sax Machine, splendide expérience de hip-hop-jazz électro-acoustique vu à la scène B (une nouvelle scène de découvertes très intéressantes, installée dans la cour du Conseil Départemental, qui donne ainsi un aspect résolument atypique et moderne à une administration qui ne rigole pas tous les jours).

Puisque je viens de parler d’électro-acoustique, mentionnons ici le spectacle incroyable du Cabaret sauvage : un ensemble d’instruments acoustiques (2 contrebasses, guitare, piano, batterie, chanteuse) qui interprète avec des sonorités peu communes le répertoire de Kraftwerk, mythique pionnier de la musique électronique des années 70-80.

Big up encore (c’est comme ça qu’on dit ?) pour Ibeyi, duo de jumelles franco-cubaines redoutablement jeunes qui produisent un travail vocal à base principalement de langue Yoruba, qui a mis debout un public en délire que le Dominique A qui suivait a eu un peu de mal à mettre aussi debout (je l’ai déjà vu plus pêchu).
Tiens, encore un Briochin de grand talent ici, qui a réalisé des éclairages sublimes pour Dominique A : Didier Martin, il paraît qu’on se l’arrache.

Mais le plus fort de tout, c’est l’ambiance exceptionnelle qu’Art Rock provoque dans le centre-ville, que des dizaines de milliers de personnes sillonnent en tous sens, de rues en rues, de bars en bars pleins de concerts off.

Au « Village » aussi il y avait de très bons concerts avec les musiciens du métro, avec mention spéciale pour le trio américain Too Many Zooz qui a mis le feu grave. Une dernière remarque pour regretter l’absence de grand spectacle de rue comme on était habitué depuis des décennies, et dont je vous laisse le soin de deviner la raison de l’absence.

Bilan 2015 : 75 000 spectateurs, dont 45 000 payants. 15 000 repas servis par l’opération Rock’n Toques.

Thème 2016 : United paintings, du 13 au 15 mai 2015.

A voir sur Télé Ormeau prochainement la vidéo Art Rock’n Toques’n Mode.
 


 


 

Derniers commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.