N°187

juillet-août 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Scène Retour

Trois concerts de jazz pour le prix d’un

20 mars 2017

Retour de spectacle > jazz autour de Vincent Peirani

Trois concerts de jazz pour le prix d’un


Concert de Vincent Peirani, Emile Parisien et Michael Wollny programmé samedi 18 mars 2017 à la Passerelle à Saint-Brieuc.


Trois heures de musique pour un concert, non, deux concerts, non trois concerts ! Quelle générosité de la part de ces trois musiciens qui ont vraiment mouillé leur chemise ! Le pilier, c’est Vincent Peirani, accordéoniste passionnant, qu’on avait déjà eu le bonheur de découvrir il y a trois ans dans la même Scène Nationale de la Passerelle à Saint-Brieuc. Trois concerts, ça veut dire un premier duo accordéon-sax soprano Vincent Peirani-Emile Parisien, un deuxième duo où le sax cède la place à Michael Wollny au piano, et le troisième quand ils s’y mettent tous les trois ensemble.


Et c’est du jazz, même si le swing n’est pas toujours au rendez-vous, que le rythme ternaire n’est plus qu’une option facultative, que la note bleue n’est plus qu’une parmi tant d’autres notes de toutes les couleurs. Mais il faut bien toujours avoir de nouvelles idées pour ne pas rester figés à un stade passé de l’évolution du monde. Pour ça, on peut faire appel à une relecture de Sidney Bechet à la lumière de la musique contemporaine, et même, pourquoi pas, faire appel à Schubert. On passe par tous les degrés de l’excitation, du minimalisme de quelques notes suraiguës d’un accordéon à peine audible à l’orage de notes qui décoiffe les musiciens mais aussi le public, qui jouit de cette souffrance. Décoiffée, c’est aussi la tronche du pianiste, Michael Wollny, jeune surdoué allemand, avec sa mèche aussi ébouriffée que ses doigts. Les trois musiciens sont très physiques, et cette forte présence scénique n’est pas une mise en scène, mais leur vraie façon de vivre la musique. Emile Parisien, avec son saxophone soprano, "danse" de drôle de façon. Vincent Peirani (2,05 mètres, heureusement qu’il est assis !) fait "danser" ses pieds nus.


Un disque, c’est bien, un concert, ça peut être encore mieux. Vive le spectacle vivant !


- Pat



Vincent Peirani, accordéon
Emile Parisien, saxophone soprano
Michael Wollny, piano


Derniers commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.