N°190

octobre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Audiovisuel Retour

Avec Rosaire, dans l’ancienne prison de Guingamp

27 mai 2016

L’association Rock à l’Ouest a invité Rosaire dans l’ancienne prison de Guingamp. À la clé : un premier clip pour les jeunes rockeurs briochins.

Avec Rosaire, dans l’ancienne prison de Guingamp


"Nous avions déjà tourné des vidéos dans notre salle de répétition, mais c’est la première en extérieur", explique Boris Vatin, président de Rock à l’Ouest. Cette association guingampaise, reposant sur le bénévolat, organise des concerts et accompagne les musiciens locaux. La salle de répétition est ainsi entièrement équipée et à la disposition de la dizaine de groupes adhérents.


Pour son premier clip au grand air, Rock à l’Ouest a jeté son dévolu sur l’ancienne prison. "C’est un endroit mythique pour les Guingampais. Il y a un côté conservatoire de filmer ici, d’autant que les travaux vont bientôt commencer." Construite en 1841 sur le modèle pennsylvanien, avec une cour intérieure donnant sur des cellules individuelles, elle a définitivement fermé ses portes en 1951. Depuis, elle est ouverte en de rares occasions, telles que les Journées du patrimoine.


Une opportunité tombée du ciel
Vendredi 6 mai dernier, ce sont quatre jeunes rockeurs qui prennent possession des lieux. Ils ont tout juste la vingtaine mais enchaînent déjà les dates dans les bars, de Brest à Rennes, en passant par le Centre-Bretagne. Au lendemain de la Morue en Fête, une semaine avant le off d’Art Rock, ils se retrouvent à Guingamp un peu par hasard, pas mécontent de cette opportunité tombée du ciel : Rock à l’Ouest ne les a contactés qu’une semaine auparavant. Ils ont donc débarqué avec leurs instruments, leurs amplis et une chanson, To The temple. "C’est l’histoire d’un mec qui cherche la rédemption, raconte Simon, guitariste et claviériste. La jouer dans une prison, on trouvait que ça avait du sens. "


Qu’ils s’amusent !
Au milieu de la cour, Simon est entouré de Lucas à la batterie, Guirec à la basse, et Louis à la voix et à la guitare, sous le regard d’Émilie, la réalisatrice. Musicalement, pas de soucis. Mais Émilie voudrait "qu’ils se lâchent un peu, qu’ils s’approprient le truc, qu’ils s’amusent". Ils jouent une dernière fois, forcent un peu le jeu de scène au début, avant de prendre de l’assurance au fil du morceau. "Impeccable !" Ils peuvent débrancher les instruments pour faire les dernières prises de vue dans une cellule et sur la coursive.
Rosaire va ensuite reprendre le chemin des concerts. Rock à l’Ouest continuera à chercher des lieux de tournage atypiques ; ils pensent à un lavomatique. Quant à la prison, elle entamera bientôt sa mue. À terme, elle abritera un centre d’art visuel géré par GwinZegal et la cour intérieure sera transformée pour accueillir des spectacles.


- Jean-Sé


En concert le 18 juin 2016 au Château des Marais à Hillion pour la Fête de la musique.
Lire aussi la chronique de l’album Four mysteries


Rosaire dans l’ancienne prison de Guingamp
 


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.