N°187

juillet-août 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Carte blanche Retour

Albert Meslay : Ma Bretagne

24 novembre 2014
Albert Meslay : Ma Bretagne


Et maintenant, après la Corse, si nous nous intéressions au peuple Breton !
D’ailleurs, mes racines sont bretonnes, non-pas des racines de la mer, non-pas des algues, mais des racines de la terre et des racines si profondes que, telle la betterave, j’avais eu du mal à m’arracher !
Et pourtant, le peuple Breton est un peuple de grands voyageurs ! Ainsi, mon grand-père, dans sa jeunesse, a fait de longs voyages, aux frais de la Princesse, dans les Ardennes, la Somme et à Verdun...
Ses trois frères s’y sont tellement plus qu’ils y sont restés !
Et le peuple Breton est un peuple de tolérance... Au début du siècle dernier, les petites filles Bigoudènes pouvaient porter la coiffe à l’école laïque sans risquer d’être punies et, pourtant, selon certains Experts Internationaux Yéménites :
"La coiffe, c’est le tchador de la Bigoudène !"


Et ma Bretagne a sa gastronomie, enrichie des apports de l’immigration, de sa cuisine beurre aux galettes de sarrasins !
Et ma Bretagne a ses odeurs, l’air salin de la côte, le parfum des ports à l’intérieur, là où viennent mourir les derniers embruns, les fameux embruns du Crédit Agricole !
Et ma Bretagne, terre de peintres, a ses couleurs et j’ai vu, dans les yeux d’un vieux marin-pêcheur, se mélanger les souvenirs du Grand-Bleu et du petit rouge !


Et, terre de fest-noz, ambiance jeune, temps plus vieux, ma Bretagne a ses danses, de la gavotte au tango, au tango ! Et, à Saint-Malo, j’ai vu des femmes danser si bien le tango, le tango, qu’on aurait pu les prendre pour des Argentines, ces Malouines !
Et ma Bretagne, terre de bardes, a sa musique celte, ou demi-celte, qui s’exporte dans le monde entier et, de Beyrouth à Bagdad, on y a joué du biniou et surtout de la bombarde... Dans le cadre du Festival Inter-Celtique du Moyen-Orient !
Et ma Bretagne a ses grands comiques, tel cet hurluberlu venu des Côtes d’Armor, un armorigène monté à Paris, que l’on appelle "Le Menhirmontant" et qui déclame :
"Ma Bretagne, c’est le sexe de l’Europe !
Cette péninsule phallique qui, dans l’océan Atlantique, s’emmanche !"
Et d’ajouter "Ma Bretagne, c’est mon Armorique à moi".


Et ma Bretagne, terre de contes et de légendes, a ses conteurs, ses poètes et ses grands auteurs avec les Pagnol Bretons !
Je pense à ce conte traditionnel, un conte érotique celte, autrement dit, un conte cochon breton, un conte que l’on contait au coin du feu et dont voici l’extrait le plus chaud :
"Devant l’âtre de la cheminée,
Devant la bûche, que les flammes léchaient
Le paysan, ses sabots, retira
Et la paysanne, sa coiffe, ôta
Voilà !"
C’était du porno celte !
C’était un petit morceau de hard celtique !




Albert Meslay pratique l’humour absurde. Ce spécialiste de la pataphysique (science des solutions imaginaires), aborde tous les thèmes et ne se prive pas pour donner son avis sur tout et n’importe quoi. Presque 20 ans de métier, un "Devos d’Or" en 1995 (remis par Raymond Devos himself !), une intronisation en tant que membre de l’Académie Alphonse Allais, des collaborations avec Patrick Sébastien, Michel Drucker et Stéphane Bern (chroniqueur dans l’émission Le Fou du roi sur France Inter)... Albert Meslay revient ce mois-ci sur sa terre natale de Bretagne avec son spectacle l’Albertmondialiste. Humour fin, calembours, jeux de mots, imitations farfelues... à découvrir le 7 décembre à Binic et le 5 mai à Plancoët.

http://albertmeslay.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.