N°187

juillet-août 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Carte blanche Retour

Paul Cottin (GwinZegal) : La photographie et la représentation du réel

1er avril 2013
Paul Cottin (GwinZegal) : La photographie et la représentation du (...)


Au premier plan, une petite fille, derrière un fil de fer barbelé, fixe le sol. Au loin, une femme plus âgée regarde en direction de l’appareil photographique en se protégeant les yeux du soleil. Le visage de la petite fille est empreint de tristesse. Peu d’éléments dans le paysage : un morceau de mur, un sol de terre qui semble poussiéreux et la clôture qui sépare la photographe de la scène qu’elle enregistre. On peut supposer à regarder les ombres qu’il est aux alentours de midi. Cette photographie, légendée une des jeunes enfants d’Adolph Chris et réalisée en août 1939 par Dorothea Lange dans le cadre de la Farm Security Administration, a pour objet de convaincre l’opinion publique américaine de la nécessité d’aider les fermiers les plus démunis touchés par la Grande Dépression des années 30. Roy Stryker, qui dirige la section photographique de la Farm Security Administration, a recruté les photographes sur leur sensibilité aux questions sociales. Les images réalisées dans ce cadre par Dorothea Lange vont être largement diffusées et avoir un impact considérable sur l’opinion publique de cette époque, et devenir, au-delà de leur fonction propagandiste première voulue par Roy Stryker, des icônes de l’histoire de la photographie.



Et pourtant, de cette petite fille qui va symboliser pour les lecteurs des magazines la situation dramatique de cette Amérique de la Grande Dépression, que sait-on réellement. Que connaît-on de ce qui l’habite, de ses rêves, des raisons qui provoquent cet air attristé, ou peut-être est-ce une expression de colère. Dans cette volonté de susciter l’empathie, inscrite dès l’origine dans le projet de Roy Stryker, la singularité de la fille d’Adolph Chris s’efface devant une représentation archétypale du sort réservé aux enfants dans ce temps de crise.


Dans cette constellation qui se forme entre celui ou celle qui est photographié(e), celui ou celle qui réalise la photographie et celui ou celle qui regarde la photographie quelle est la place de chacun(e) ? Sommes-nous dans ce qu’Henri Cartier-Bresson nommait l’instant décisif ? ou bien s’agit-il, dans la composition de l’image, d’une mise en scène, conçue par la photographe pour renforcer le sentiment de véracité de cette représentation du réel ? La petite fille devait-elle se tenir au centre de l’image avec, élément de dramatisation, le fil de fer barbelé bien en évidence au premier plan ? Il arrive parfois que la mise en scène se révèle plus convaincante que l’instantané, plus vrai que nature. Dorothea Lange avait conscience de sa responsabilité dans ce travail réalisé pour la Farm Security Administration et des limites du medium photographique à restituer dans sa complexité et sa vérité la vie des acteurs de ce monde agricole en plein bouleversement. La photographie de cette petite fille s’inscrit dans un travail documentaire de plusieurs dizaines d’images et c’est moins son statut d’image "icônique" qui importe que sa place dans un travail de compréhension et de décryptage engagé par la photographe par conviction politique. Reste qu’au final Dorothea Lange aura produit, à l’instar du portrait de cette petite fille, une œuvre d’une grande force qui aura marqué l’histoire de la photographie.


 


Paul Cottin


Après avoir longtemps travaillé pour le théâtre, il dirige pendant 10 ans la galerie photographique de La Filature, scène nationale de la Ville de Mulhouse. Depuis 2006, il dirige le centre d’art et de recherche GwinZegal et est en parrallèle le conseiller artistique de la galerie TH13 à Bern, une des galeries de la fondation d’entreprise Hermès.
Le centre d’art GwinZegal est organisé autour de l’accueil d’artistes en résidence, de la co-production d’expositions en lien avec d’autres partenaires en Europe, d’un travail d’édition, d’une programmation d’expositions à l’Espace François-Mitterrand et au Studio[GwinZegal] à Guingamp, et d’un travail de médiation auprès des publics sur le département des Côtes d’Armor.
Découvrez le travail de Dorothea Lange dans le cadre de l’exposition Champs/contre-champs, les visages de la ruralité proposée par la centre d’art GwinZegal à Guingamp du 22/3 au 26/5 2013.


www.gwinzegal.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.