N°190

octobre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Edito Retour

Janvier-février 2015 : Tentative de renouveau de la pratique traditionnelle et vaine des bonnes résolutions de nouvelle année

1er janvier 2015


Tous ensemble avec moi !


Mon cher bras gauche, mon cher bras droit, ainsi que vos administrés coudes, poignets, doigts, Mesdames mes cuisses, Messieurs mes pectoraux, mon bien cher ventre, mes amies jambes-genoux-mollets-chevilles, mes bien chères couilles, ma très chère tête avec tes poils, tes rides, tes orifices, et surtout toi mon bon cerveau, mon bien cher moi-même, permettez-moi de vous remercier d’être velus et de vous souhaiter une merveilleuse nouvelle année. Vous le savez, nous traversons depuis déjà trop longtemps une période de crise, dont les raisons sont bien connues : le vieillissement qui s’attaque aussi bien au corps qu’à l’esprit, la malbouffe que nous n’avons pas pu éviter pendant des années, la surproduction de toxines, un certain laisser-aller à la suite de nos 30 glorieuses, la crise existentielle, l’égocentralisation effrénée... Mais nous percevons déjà quelques indicateurs de reprise qui nous permettent d’entrevoir le bout du tunnel : j’ai perdu 2 kilos ces derniers mois, j’arrive presque à toucher par terre en me penchant. Ne nous relâchons pas et ensemble prenons les bonnes décisions. Je ne doute pas que, cette année encore, vous voterez pour moi, car vous avez bien compris que je vous ai bien compris. C’est ensemble que nous lutterons contre la tentation de regarder la télévision, ensemble nous irons au cinéma au moins 2 fois par mois, nous irons voir au minimum un spectacle par semaine, même si nous ne connaissons pas les artistes proposés car nous sommes curieux et avons l’esprit ouvert. Je vous fais la promesse que nous ferons fonctionner notre cerveau qui, comme chacun sait, est un muscle qu’il faut faire travailler pour qu’il ne s’ankylose pas. N’écoutons pas les mauvaises langues qui prétendent qu’au bout du tunnel il y a un gouffre béant. Comme moi, mes bien chers membres, vous croirez en mon avenir et vous m’élirez encore une fois, je n’en doute pas, à la tête de moi-même. Je terminerai en rendant grâce à ce bienfaiteur de l’Humanité qui, à la fin du siècle dernier, a créé le Cri de l’Ormeau, un homme modeste et anonyme dont le nom est tombé dans les oubliettes de l’Histoire.


Patrice Verdure
Stagiaire de cours de langue de bois appliquée

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.