N°187

juillet-aot 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Accueil > Le magazine > Arts visuels Retour

Gwinzegal : le projet "Ville de Calais" récompensé à Arles

12 juillet 2017
Gwinzegal : le projet "Ville de Calais" récompensé à Arles


Le prix du livre d’auteur des Rencontres internationales de la photographie d’Arles 2017 vient d’être attribué au livre Ville de Calais du photographe Henk Wildschut, édité en France par GwinZegal.


Le prix du livre d’auteur récompense le meilleur ouvrage photographique présentant un projet d’auteur contemporain. Il a été désigné par un jury international présidé par Florian Ebner (chef du cabinet de la photographie du Centre Pompidou). Ce sont plus de 800 ouvrages du monde entier qui ont participé à ce concours.

Le projet Ville de Calais fera l’objet d’une exposition, inédite en France, à partir du 29 septembre 2017 au Centre d’art GwinZegal à Guingamp.
 


A propos de l’ouvrage
En plein cœur de l’Europe, un monde parallèle a existé pendant presque dix ans. Des réfugiés venant d’Afrique mais aussi du Moyen-Orient attendaient ici pour traverser la Manche et se rendre en Grande-Bretagne. C’est du persan jangal, signifiant « forêt », que le mot, simplifié par les médias, est devenu « jungle ». C’est une ville de 7 000 personnes qui s’est construite et qui a disparu.

Le photographe Henk Wildschut a documenté l’évolution de la situation à Calais depuis 2006 et il a été témoin de la transformation incroyablement rapide des petits camps en ville informelle à partir de 2015. Une ville avec des restaurants, des boulangeries, des mosquées, une église, des magasins et même des hammams. Henk Wildschut a photographié cette croissance de manière systématique. La ville a été démantelée fin octobre 2016.

En 2011, en collaboration avec le graphiste Robin Uleman, Henk Wildschut a publié le livre Shelter, qui a obtenu de nombreux prix. Cet ouvrage accordait une place centrale aux abris provisoires que les réfugiés avaient construits dans les forêts de Calais. Ces cabanes étaient le symbole de la force individuelle et de la ténacité.

Dans le livre Ville de Calais, il se tourne vers la puissance de la masse. Une masse capable de bâtir une ville et de montrer ainsi qu’elle ne peut plus être marginalisée.

www.gwinzegal.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.